Florence


 

Le lieu où se confondent les traces des anciens et des nouveaux voyageurs

La ville de Florence a une longue histoire d’accueil. De nombreux voyageurs se sont établis dans le chef-lieu toscan contribuant ainsi à écrire son histoire. Se mettre sur les traces de tous ces lieux « migrants » signifie regarder la ville sous un angle différent et stimulant, qui reconnaît, à côté de la basilique Santa Maria del Fiore ou du Ponte Vecchio, les traces de cette histoire considérée comme mineure, dont les protagonistes sont les communautés russes, polonaises, anglo-saxonnes, françaises, juives, suisses, allemandes, mais aussi, ces dernières années, les communautés iraniennes, érythréennes et de nombreuses autres. Les lieux de culte, comme la synagogue, l’église orthodoxe russe et l’église évangélique, sont le témoignage vivant de cette réalité, au même titre que les instituts de culture et les lieux de rencontre et d’échange comme le Café Paszkowski et le Cabinet Viesseux, ou encore la zone des boutiques près de la gare de Santa Maria Novella ou le marché de San Lorenzo. Aujourd’hui, le dynamisme d’une ville qui a su s’ouvrir au monde se renouvelle avec la présence des citoyens migrants, grâce également à la contribution des associations de volontariat qui s’occupent d’accueillir et de valoriser les compétences des ressortissants étrangers présents en ville. Oxfam Italia a été dès 2010 l’un des promoteurs de l’initiative « Villes migrantes » avec Viaggi Solidali et ACRA. Grâce à des études de faisabilité réalisées ces dernières années, Oxfam Italia est en mesure de proposer depuis 2013 des promenades guidées par des accompagnateurs interculturels dans la Florence migrante.

Routes

Piazza Santa Maria Novella:sur les traces des voyageurs de la fin du XIXe siècle
Cercle vertueux de Sant'Ambrogio
Marché central de San Lorenzo

Info